Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

Pour l’AIE, sans un effort massif d’innovation, la transition énergétique ne peut pas réussir

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) vient de publier un rapport de 400 pages, qui souligne que l’innovation technologique est indispensable à la transition énergétique.

Contrairement aux idées simplistes souvent véhiculées, il ne suffit pas de développer massivement éoliennes, panneaux solaires et voitures électriques pour se débarrasser des énergies fossiles.

Lire l’article sur Transitions et Energies

Nucléaire : la Chine s'émancipe de l'industrie occidentale

La Chine met en service son premier réacteur nucléaire de conception 100 % chinoise, le Hualong.

Promise à l'export, cette technologie doit être homologuée d'ici à 2022 pour tenter d'entrer au Royaume-Uni....dans un premier temps...

Lire l’article sur Les Echos

Pour réduire ses émissions de CO2, l’Allemagne veut recouvrir ses autoroutes de panneaux solaires

Avec son réseau routier d’environ 13 000 km, l’Allemagne pourrait installer une puissance de 56 Gigawatts d’énergie solaire avec cette technique (soit presque l’équivalent du parc nucléaire français).

L’installation solaire de grande envergure ne permettrait toutefois de produire qu’environ 47 TWh (soit 9 fois moins que le parc nucléaire français), couvrant seulement 9 % des besoins en électricité du pays, du fait du caractère intermittent de cette énergie …et nécessiterait un budget d’environ 100 milliards de dollars…

Lire l’article sur NeoZone

La France fait déjà fonctionner ses centrales à charbon

Faute de production d'électricité nucléaire et éolienne suffisante, l'Hexagone a allumé ses centrales à charbon ces dernières semaines.

Ce jeudi 17 septembre, elles fournissaient 2 % du mix électrique national, soit 824 mégawatts, d’une électricité émettant plus de 800 g de CO2 par KWh.

Pour mémoire, la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, c’est 1800 mégawatts émettant seulement 6g de CO2 par KWh…

Lire l’article sur Les Echos

Éolien et photovoltaïque aux abonnés absents

Le développement de l’éolien et du solaire photovoltaïque (PV), aléatoirement variable, voire intermittent, n’est pas adapté en France pour diminuer la consommation d’énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon), et donc les émissions de gaz à effet de serre (CO2 et autres).

Pourquoi ?  Tout comprendre en 3mn par l’analyse scientifique des données comparées de consommation et de production.

Lire l’article sur Contrepoints

Les limites de l'efficacité énergétique

L’amélioration de l'efficacité énergétique peut être un outil précieux pour réduire la consommation d'énergie. Elle présente cependant des limites dont il faut avoir conscience. Maxence Cordiez nous explique plusieurs de ses limites :

  • les rendements théoriques qui représentent un plafond d'efficacité au-delà duquel on ne peut pas aller,
  • les nécessaires arbitrages avec la recyclabilité,
  • les effets rebonds qui, s'ils ne sont pas anticipés et gérés, conduisent à une augmentation de la consommation énergétique totale.

Lire l’article sur Linkedin

Réforme de l’ARENH, « force majeure » et « corridor »

Barbara Pompili s’est rendu le 21 septembre à Bruxelles avec Bruno Le Maire pour rencontrer la commissaire européenne à la Concurrence afin d'évoquer le dossier de la réforme de l'ARENH (dispositif permettant aux fournisseurs d’électricité concurrents d’EDF de racheter à EDF une partie de sa production nucléaire au tarif de 42 €/MWh).

Il existe encore beaucoup d’incertitudes concernant cette réforme, laquelle est liée au projet de restructuration d'EDF, et cela doit se faire en concertation avec les autorités de Bruxelles. L’occasion de quelques rappels…

Lire l’article sur Connaissance des Energies

Décarbonons l’hydrogène avant d’en promouvoir les usages

Sketchnote par Valey Pernot d'un article de Maxence Cordiez sur les contraintes liées à la production et à l'utilisation de l'hydrogène.

Pour déployer largement l'exploitation de l'hydrogène sans émettre de CO2, il faut tabler sur une électricité peu chère et non intermittente.

La France a le formidable atout d'une électricité bon marché et disponible tout le temps grâce au parc nucléaire.

Lire le post sur LinkedIn

Transition énergétique : Airbus se donne 15 ans pour développer l’avion à hydrogène

« Développer un avion décarboné ne nécessite pas de rupture technologique majeure », a estimé Guillaume Faury, patron de l’avionneur européen, rappelant qu’Airbus a déjà recours à la propulsion à hydrogène pour ses satellites et la fusée Ariane.

Le choix et la maturation des technologies prendront cinq ans puis deux pour celui des fournisseurs et sites industriels, selon lui. « Donc, la mise en programme est prévue aux environs de 2028. Notre ambition est d’être le premier constructeur à mettre en service un tel appareil en 2035 », a-t-il détaillé.

Lire l’article sur 20 minutes

Plan Hydrogène : la vision d’Equilibre des Energies « L’hydrogène en synergie avec l’électricité »

« Le perfectionnement de la technologie des électrolyseurs sera déterminant pour parvenir à produire de l’hydrogène bas-carbone à des prix compétitifs. La France dispose pour cela des moyens industriels nécessaires. Ses ressources en électricité décarbonée lui permettront de faire alors de l’hydrogène un vecteur énergétique complémentaire de l’électricité, là où l’usage direct de l’électricité reste difficile ».

Jean-Pierre Hauet, président du Comité scientifique, économique, environnemental et sociétal d’Equilibre des Energies.

Lire l’article sur Equilibre des Energies

Centrales au charbon : Gardanne devrait fermer d’ici fin 2020, Saint-Avold en 2022

Ce mercredi 9 septembre 2020, une source proche du dossier a affirmé que le groupe tchèque EPH avait l’intention de fermer la centrale au charbon de Gardanne, dès la fin de l’année 2020, soit deux ans avant la date limite imposée par le gouvernement.

La loi Energie-Climat de 2019 avait acté la fermeture des quatre centrales à charbon encore en activité en France, pour 2022 au plus tard, suivant une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

En revanche, la centrale de Saint-Avold, également propriété du groupe tchèque, devrait poursuivre son activité jusqu’à la fin du premier semestre 2022.

Lire l’article sur l’EnerGeek

L’hydrogène, « poids lourd » de la décarbonation des transports

Sur le terrain de la transition énergétique, le gouvernement a décidé de miser sur l’hydrogène « vert » afin de réduire les émissions de CO2 des secteurs de l’industrie et des transports lourds.

Pour produire cet hydrogène décarboné, la France peut compter sur des champions déjà bien aguerris, puisque la production électrique française repose essentiellement sur le nucléaire et l’hydraulique, deux filières pilotables, et n’émettant que très peu de CO2.

Lire l’article sur Le Monde de l’Energie

« Pas de nouveau plan climat en Flandre si les centrales nucléaires ferment », menace la ministre flamande

La ministre flamande de l’Énergie, Zuhal Demir, a averti que le gouvernement flamand n’adapterait pas son plan climat si un nouveau gouvernement fédéral venait à planifier la fermeture des centrales nucléaires, réagissant ainsi au projet d’Ecolo, qui souhaite fermer toutes ces installations d’ici à 2025.

« Ils doivent nous prendre en compte. Si le gouvernement fédéral veut construire des centrales au gaz, il doit demander des autorisations à la Flandre », a-t-elle précisé.

Lire l’article sur Le Soir (Belgique)

Dans la marche de l’Europe vers la neutralité carbone, le nucléaire est un atout majeur

L’UE s’est récemment dotée d’un objectif de neutralité carbone à horizon 2050. Pour l’atteindre, il est aujourd’hui largement acquis qu’il faudra électrifier massivement l’économie et, parallèlement, diminuer fortement les émissions de gaz à effet de serre.

Si des investissements significatifs au développement des énergies renouvelables ou de nouvelles formes de stockage sont naturellement des leviers nécessaires, la conviction s’étend que le nucléaire, qui n’émet pas de CO2, doit avoir une place substantielle dans le paysage énergétique européen.

Lire le post sur LinkedIn

Neutralité carbone. Le monde aura besoin de 15 GW de nouveau nucléaire chaque année jusqu’en 2070 selon l’AIE

L’électrification des différents secteurs de l’économie (transport, industrie, agriculture…), grâce à de l’électricité décarbonée, apparait comme indispensable pour atteindre nos objectifs climatiques.

Pour changer de paradigme et produire 80 % de l’électricité à partir de sources bas carbone, l’éolien et le solaire ne seront pas suffisants.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que ce sont 15 GW de nouvelles constructions nucléaires qui devront être ajoutées au réseau annuellement d’ici 2070.

Lire l’article sur la Sfen

Baisse des aides de l'Etat pour l'énergie solaire

Selon des informations parues dans les Echos la semaine dernière et non démenties depuis, le gouvernement entend renégocier les contrats d’achat d’énergie photovoltaïque signés avant 2011 et garantis par EDF, pour en faire baisser les tarifs, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2021 présenté à la fin du mois.

Ces derniers étaient effectivement très élevés, à tel point que la Cour des comptes s’en était inquiétée en 2018, calculant que « les garanties accordées avant 2011 représenteront 2 milliards d’euros par an jusqu’en 2030 (soit 38,4 milliards en cumulé) pour un volume de production équivalent à 0,7% du mix électrique ».

Lire l’article sur Libération

Il y a dix ans, l’enthousiasme délirant des politiques pour la voiture électrique

Au Mondial de l’automobile de 2010, le gouvernement et plus particulièrement le ministère de l’Ecologie et de l’Energie prévoyaient que deux millions de voitures électriques circuleraient en France en 2020. Et que 400.000 bornes de recharge seraient accessibles sur la voie publique. Sans parler, déjà, de la mise en place d’une filière française de production de batteries… qui n’a jamais vu le jour.

Cette décennie de retard sera difficile à rattraper…

Lire l’article sur Transitions et Energies

Une énergie "100% renouvelable" dès 2030 en Allemagne ? Un élu EELV s'emballe

Le 22/09, en plein pic de consommation, faute de vent et de soleil, les installations ENR allemandes ont fourni à peine 1% de la puissance installée.

Quand un élu EELV affirme devant les caméras que l'Allemagne sera 100% ENR en 2030, il sait qu'il ment. Il sait que pour compenser la fermeture de centrales nucléaires, les allemands vont devoir consommer plus de gaz. Et donc produire plus de CO2.

Lire l’article sur LCI

Les deux 1ères sources d'électricité bas carbone au monde sont l'hydroélectricité et l'énergie nucléaire

Elles auront un rôle important à jouer dans un futur neutre en carbone, avec les autres énergies bas carbone (éolien, solaire, géothermie, biomasse...) et les économies d'énergie.

Rappelons que le but n'est pas de faire la guerre entre le peu d'alternatives insuffisantes aux combustibles fossiles dont on dispose, ni même de déployer ces alternatives pour elles-mêmes, mais de réduire notre consommation de combustibles fossiles et nos émissions de gaz à effet de serre.

Les énergies alternatives aux combustibles fossiles sont une partie de réponse à cet enjeu. Et leur déploiement doit absolument s'inscrire dans ce cadre.

Lire le post sur LinkedIn

Fusion et fission, un avenir commun, par Greg De Temmerman, coordinateur scientifique à ITER

« Au-delà des aspects pratiques et de mise en œuvre, fission et fusion partagent une même vision de l’énergie ; celle de l’exploitation d’un combustible à très forte densité énergétique dans des unités de production centralisées, de grande puissance et conçues pour être pilotables. »

« Partageant cette caractéristique, et au vu des échelles de temps du développement de la fusion, cette dernière ne pourra se déployer qu’avec l’existence d’une grille centralisée et d’un système d’approvisionnement tels que nous les connaissons. La fusion et la fission partagent donc un avenir commun. »

Lire l’article sur Les Voix du Nucléaire

Allemagne : le volte-face des écologistes anti-nucléaires 

Deux figures de l'écologie outre-Rhin sèment la zizanie dans leur propre camp : en cause, leur soutien affiché à l'énergie nucléaire pour réduire la production de gaz à effet de serre.

Une prise de position de Veronika Wendland, historienne des technologies, et de Rainer Moormann, spécialiste de l'énergie atomique, qui déchire les Grünen et bouscule certaines certitudes.

Une onde de choc qui pourrait toucher la France   ?

Lire l'article sur l'Economie Matin

Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

C/o Framatome

BAL S 544-F

10, rue Juliette Récamier

69456 LYON CEDEX 06

Réalisé par : TCP innovation