Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

L’Europe de la voiture électrique est à deux vitesses

Si les ventes de véhicules électriques ont atteint des niveaux records cette année en Europe, cela ne concerne en fait que les pays du nord et les plus riches.

L’Europe du sud et de l’est est toujours réfractaire à la motorisation électrique.

Cela s’explique avant tout par le fait que les véhicules électriques ne se vendent qu’avec des subventions massives.

Lire l’article sur Transitions et Energies

L’OCDE et l’AIE plaident pour la fin des subventions aux énergies fossiles

Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE, dresse un constat sans appel. Il affirme : « Utiliser l’argent public pour subventionner les énergies fossiles est inefficace et ces aides aggravent les émissions de gaz à effet de serre et la pollution de l’air. Si notre tout premier souci aujourd’hui doit être d’aider les économies et les sociétés à traverser la crise du COVID-19, nous devons saisir cette occasion pour réformer les subventions et employer les fonds publics de la façon qui bénéficiera aux gens et à la planète. »

Lire l’article sur l’EnerGeek

Objets connectés : comment innover à l’heure de la sobriété énergétique

Si leur taux adoption est si faible, c’est que la plupart des consommateurs les jugent trop chers, trop énergivores et avec une valeur ajoutée marginale.

Une prise de conscience qui fait notamment suite à la découverte du poids écologique démesuré des data centers, satellites et autres infrastructures qui rendent le virtuel si matériel. Face à ce constat, deux chemins se dessinent : arrêter d’innover, décroître et se contenter des « low tech », ou bien chercher à concevoir des produits et des services qui réconcilient innovation, simplicité et sobriété énergétique.

Lire l’article sur Le Monde de l’Energie

Fabriquer du ciment sans émettre massivement du CO2, une nécessité

Le ciment est le premier produit manufacturé sur terre, par sa masse. Il est indispensable à la vie moderne et à la construction.

Sa fabrication émet 8% des émissions annuelles mondiales de CO2.

Il existe des procédés de fabrication avec des matériaux différents qui émettent moins de gaz à effet de serre. Leur adoption est une nécessité.

Lire l’article sur Transitions et Energies

Le 100% renouvelable ? C'est pas pour demain !

Le 100% renouvelable, c'est pas pour demain ! Ni pour après-demain…

Découvrez le bilan production du parc éolien français de ces 7 dernières semaines, et l'analyse qu'en tire Christian Semperes.

Lire le post sur LinkedIn

Transition énergétique : la fin salutaire des chaudières au fioul

Décision courageuse, mais évidente du point de vue environnementale : les chaudières au fioul seront interdites à partir du 1er janvier 2022. Pour les remplacer, le gouvernement a prévu des aides financières pour des moyens de chauffage plus écologiques et plus économiques, comme la pompe à chaleur.

La pompe à chaleur, qui fonctionne à partir d’électricité (qui en France est l’une des moins carbonée du monde, grâce au #nucléaire et à l’#hydraulique), rejette 7 à 10 fois moins de CO2 qu’une chaudière fioul, tout en étant plus économique à l’usage.

Lire l’article sur La revue des Transitions

La géothermie, une solution à la hausse des températures

Avec le réchauffement climatique, comment conjuguer le besoin de fraîcheur avec l’impératif de sobriété énergétique ?

Il existe un moyen de produire du frais et du froid en été, à la fois bas carbone et économique : la géothermie.

La géothermie est bien connue pour la production de chaleur ou d’électricité mais on oublie parfois que la stabilité des températures du sous-sol peut aussi contribuer à refroidir. Décryptage :

Lire l’article sur Connaissance des Energies

Les récentes pannes en Californie nous interpellent – Tribune de Jean Bernard Levy, PDG d’EDF

« Par régime de vent faible, souvent concomitant d’une canicule (et d’ailleurs aussi d’une vague de grand froid), et au coucher du soleil, le système électrique ne peut compter que sur des énergies pilotables, c’est-à-dire d’énergies fossiles (gaz ou charbon), nucléaires ou stockées sous forme hydraulique ou électrochimique. Et en ce mois d’août, chacun aura pu constater que même en Californie les batteries ne comblent encore qu’une part infime des capacités de production intermittente, que des centrales au gaz peuvent tomber en panne, qu’une centrale nucléaire avait été récemment fermée, que la production autonome par les ménages, quoique prometteuse, n’est pas encore à la hauteur du problème. Et que les Etats voisins, soumis à des contraintes similaires, n’ont pu venir secourir les Californiens. Nous avons des leçons à en tirer. »

Lire l’article sur LinkedIn

Les indécents profits privés des promoteurs éoliens grâce à une taxe publique

Nous souffrons tous de la crise Covid. Tous, sauf les promoteurs éoliens qui continuent à s’enrichir en encaissant le produit de la discrète taxe facturée d’une part sur votre facture d’électricité et d’autre part chaque fois que vous faites le plein de carburant.

Il est grand temps que les promoteurs éoliens soient payés au tarif très correct de tous les producteurs d’électricité. Le Gouvernement peut le faire dès demain comme il le fait actuellement pour toutes les mesures de crise.

Lire l’article sur l’Economie Matin

Pologne : un horizon pour l'objectif de « neutralité carbone » ?

En Pologne, les énergies fossiles ont compté pour 93% de la consommation d’énergie primaire en 2019, dont 44,6% pour le seul charbon, qui génère près des trois quarts de l’électricité en Pologne.

Seule lueur d’espoir, mais bien tard : le gouvernement polonais jugeant les énergies renouvelables insuffisantes pour couvrir les besoins de son économie, prévoit de bâtir un secteur énergétique nucléaire civil. A terme, le nucléaire représentera 20% du mix énergétique polonais.

Lire l’article sur Connaissance des Energies

Moscou s’en prend à la future taxe carbone européenne

L’Union Européenne a l’intention d’instaurer un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières, en s’appuyant sur le système européen d’échange de quotas d’émissions de CO2 (dit ETS, Emission Trading System). Les entreprises les plus polluantes seraient contraintes pour vendre leurs productions d’acheter sur le « marché du carbone » des droits à émettre du CO2.

La Russie qui en serait une des premières victimes n’apprécie pas vraiment... car un tiers de son économie dépend du pétrole et du gaz. Décryptage :

Lire l’article sur Transitions et Energies

Schwarzenegger : « Bin so glücklich für uns alle »

« Cependant, l'énergie verte ne suffit pas à elle seule à répondre à la demande. Nous avons besoin d'un mix. C'est pourquoi je suis en faveur de l'énergie nucléaire. En fin de compte, l'énergie nucléaire est un élément important de la solution pour l'avenir. »

Arnold Schwarzenegger, ancien gouverneur de Californie, qui dans le passé a fortement développé les énergies renouvelables dans cet état.

Lire le post sur LinkedIn

Comment tirer parti du potentiel de flexibilité des véhicules électriques

Les prochaines années vont voir arriver sur nos routes plusieurs millions de véhicules électriques, dont la flexibilité pourrait être un atout pour le système électrique dans le contexte du développement des énergies renouvelables.

C’est pourquoi EDF a créé, avec la start-up californienne Nuvve, la co-entreprise DREEV, spécialisée dans l’exploitation des flexibilités associées aux véhicules électriques.

Des barrières restent cependant à lever. Décryptage.

Lire l’article sur Equilibre des Energies

Vers des « petites » centrales nucléaires en soutien de sources renouvelables ?

Ce jeudi 27 août, TerraPower, une société d’énergie nucléaire fondée par Bill Gates, a présenté, conjointement avec son partenaire GE Hitachi Nuclear Energy, un projet baptisé Natrium.

Il s’agit de petites centrales nucléaires avancées de 345 MW, équipées d’un dispositif de stockage et destinées à répondre à l’intermittence de centrales renouvelables, notamment éoliennes et photovoltaïque. Un projet ambitieux, mais qui suscite de nombreuses critiques.

Lire l’article sur l’EnerGeek

Natrium : nucléaire et stockage

Le 27 août 2020, TerraPower et GE Hitachi Nuclear Energy (GEH) ont dévoilé le réacteur Natrium™ et son système de stockage. Cette technologie se compose d’un réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium et d’un système de stockage afin de répondre à l’intermittence des énergies éolienne et solaire.

Lire l’article sur la SFEN

NuScale, un pas de plus pour le premier SMR

Le petit réacteur modulaire (SMR) de NuScale vient de passer la dernière phase de vérification de design de l’Autorité de sûreté américaine (NRC), une première historique pour un SMR.

Lire l’article sur la SFEN

Giga-centrale australienne de 10 GW pour alimenter, en partie, Singapour

Certains écologistes prônent la sobriété, voire la décroissance. Ils prônent aussi une production d’électrique moins centralisée, plus proche des utilisateurs, et justifient ainsi l’abandon de l’énergie nucléaire au profit de l’énergie solaire, plus locale, plus compétitive, et moins consommatrice de ressources selon eux.

Ils ne sont apparemment pas gênés par le méga projet de l'Australie (1er exportateur de charbon de la planète), qui veut construire le plus grand parc solaire du monde avec un câble de 4 500 km car l'Australie prévoit d'exporter la majeure partie de la production vers Singapour et l'Indonésie !

Lire le post sur LinkedIn

Mise en service partielle du réacteur EPR de Flamanville

Mise en service partielle du réacteur EPR de Flamanville pour l’arrivée de combustible nucléaire dans le périmètre du réacteur. Cette opération est l’une des étapes préalables à la mise en service du réacteur EPR de Flamanville.

La mise en service de l’installation, c’est-à-dire le chargement du combustible dans la cuve du réacteur, restera soumise à l’autorisation de l’ASN, et fera également l’objet d’une consultation du public.

Lire l’article sur l’ASN

États-Unis : cinquante ans après, les démocrates renouent avec le nucléaire

La convention démocrate, qui se tenait il y a quelques jours à Wilmington, a pris une décision historique : dans sa plateforme électorale, le parti de Joe Biden affirme son soutien au nucléaire.

Ce n'était pas arrivé depuis près de cinquante ans.

Décryptage du programme de Joe Biden en ce qui concerne l’énergie.

Lire l’article sur Le Point

Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

C/o Framatome

BAL S 544-F

10, rue Juliette Récamier

69456 LYON CEDEX 06

Réalisé par : TCP innovation