Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

« Être ingénieur et écologiste est une nécessité » : dans les grandes écoles, une nouvelle génération de jeunes engagés

Pour ces étudiants, l’écologie est une évidence. Elèves dans des écoles d’ingénieurs, ils entendent mettre leurs convictions en accord avec leur façon de vivre et de travailler. Découvrez les témoignages de Benoit Halgand et Hugo Sancho, qui entendent exercer leur métier en accord avec leur engagement.

Lire l’article sur Le Monde

Marc Fontecave: « Le catastrophisme en écologie conduit à l’affaiblissement des volontés »

« Il faut en finir avec une politique énergétique dictée par l’idéologie et développer le nucléaire pour décarboner notre énergie. »

Le chimiste et professeur au Collège de France critique, dans un ouvrage, les solutions simplistes prises dans l’urgence pour enrayer la crise climatique en France.

Lire l’article sur Le Figaro

L'ONG Sherpa alerte sur le coût écologique des « énergies renouvelables »

Un véritable coup de semonce pour tous ceux qui aspirent à une transition vers un modèle tout renouvelable. Dans un rapport, L’ONG Sherpa alerte sur le sujet de l’augmentation de la consommation de matières premières dans le cadre du développement des énergies renouvelables.

La transition écologique nécessite en effet des minerais dont l’extraction contribue à des atteintes à l’environnement et aux droits humains. Se pose, aujourd’hui, la question du caractère vraiment écologique et éthique des énergies renouvelables.

Lire l’article sur EuropeanScientist

AIEA : Les techniques dérivées du nucléaire au service d’un régime alimentaire de qualité

En Afrique, L’AIEA a mis au point une série de techniques isotopiques et nucléaires pour stimuler la production alimentaire, générer des pratiques d’agriculture intelligente face au climat, gérer les ressources en eau, renforcer la sécurité sanitaire des aliments et de l’eau, contribuer à l’amélioration de la nutrition infantile et lutter contre la malnutrition qui touche les populations.

Ces techniques servent aussi, grâce aux données recueillies, à mieux définir les politiques en la matière et à renforcer la capacité des pays à atteindre leurs objectifs de développement.

Lire l’article sur l’AIEA

L'Union Européenne face à la consommation électrique des data centers

La stratégie numérique de l’UE fixe entre autres pour objectif de disposer de data centers « climatiquement neutres avec une haute efficacité énergétique d’ici 2030 au plus tard ». Une étude publiée le 9 novembre par la Commission Européenne permet d’entrevoir le chemin à parcourir…

Sachant que les data centers compteraient pour moins d’un cinquième de la consommation mondiale d’électricité liée au secteur numérique…

Lire l’article sur Connaissances des Energies

Le diesel, bientôt de l’histoire ancienne ?

L’actualité récente est riche d’informations et d’indicateurs confirmant l’abandon progressif des véhicules roulant au diesel.

Fin de la prime à la conversion, nouveaux modèles électriques pour les particuliers et professionnels, partenariat entre Uber et Izivia pour accélérer la conversion électrique des VTC, mesures de plus en plus drastiques des grandes villes pour interdire les véhicules polluants dans leurs rues…

Panorama en quatre actus d’une révolution énergétique.

Lire l’article sur European Scientist

Nuclear plants saved from premature closure by state actions

Maintenir les centrales nucléaires existantes est une des manières les plus immédiates, sobres en matières et économiques de lutter contre les émissions de CO2. L'AIE le rappelle régulièrement.

Le Nuclear Energy Institute américain inventorie ici les centrales nucléaires qui ont été préservées d'un arrêt prématuré par l'action publique. Ces 10 centrales, totalisant 15 réacteurs, évitent chaque année 77 millions de tonnes d'émissions de CO2, soit l'équivalent des émissions totales combinées de la Hongrie et de la Slovaquie.

Parmi elles, Beaver Valley, sauvée par une réglementation sur les émissions du secteur électrique en Pennsylvanie, est la centrale qui a servi de modèle à Fessenheim.

Lire le post sur LinkededIn

Framatome va concevoir et bâtir une station de ravitaillement en hydrogène en Allemagne

Framatome va construire la station de ravitaillement en hydrogène d’une nouvelle flotte d’autobus fonctionnant à l’hydrogène, en Allemagne. L’équipe Covalion de Framatome sera chargée des études, de la conception, de la construction, de la mise en service et de la maintenance de la station qui fournira une énergie propre pour alimenter les nouveaux autobus urbains qui utilisent des piles à combustible à hydrogène. Cette station devrait être opérationnelle en décembre 2021.

Mais pas un mot dans le communiqué de presse de Framatome sur l’origine de l’hydrogène : Vaporeformage issu d’hydrocarbures, ou électrolyse issue de l’électricité ultra carbonée allemande ?

Lire le post sur LinkedIn

A son tour, Toshiba tourne le dos aux centrales à charbon

Le groupe industriel japonais Toshiba a annoncé, ce 11 novembre 2020, son intention d’arrêter de construire de nouvelles centrales électriques au charbon. L’entreprise honorera ses dix commandes en cours, et va réorienter son activité vers les énergies renouvelables. En moins d’un an, des entreprises comme Mitsubishi, GE et Siemens ont fait des annonces similaires.

Lire l’article sur l’EnerGeek

[VIDEO] - La R&D d'EDF et le nucléaire

Afin d’améliorer sans cesse la performance et la sûreté des installations nucléaires et produire une énergie disponible et bas carbone, la R&D d’EDF accompagne les activités nucléaires à chaque étape de la production en proposant des solutions sûres et innovantes. Découvrez comment se traduit cet accompagnement avec le point de vue d'Alain Le Gac, Directeur R&D Production et Ingénierie à la R&D d'EDF.

Regarder la vidéo sur EDF

Tesla's Megapack battery is big enough to help grids handle peak demand

Tesla annonce des batteries industrielles révolutionnaires pour pouvoir "backer" l'énergie intermittente de la ville de San-Fransisco pendant 6h. Quid des jours (consécutifs) où il n'y a pas de soleil, si fréquent avec les entrées d'air maritime ?

Regardons de plus près cette photo. 3 MWh équivaut a la taille d'un (ou deux) conteneur bourré de batteries (donc de métaux lourds). Génial, c'est modulaire, il faut donc 330 modules de la taille d'un camion pour atteindre le GWh. Or, la consommation annuelle de la Californie est de ... 200 000 GWh, soit 22 GWh chaque heure (hors pics). Il faut donc à Tesla 330 conteneurs comme celui-là pour "backer" le réseau californien pendant... 3 minutes.

Lire le post sur LinkedIn

Framatome renouvelle pour la 3ème année consécutive sa participation à la CIIE

Framatome a participé à l’Exposition internationale d’Importation de la Chine (CIIE) pour la 3ème année consécutive pour présenter au public chinois et aux industriels étrangers ses solutions innovantes et ses technologies à forte valeur ajoutée. « Nous avons été très honorés d’avoir participé à la construction des EPRs chinois Taishan 1 et 2, du 1er Hualong Fuqing 5 ainsi que d’autres projets majeurs du 13ème plan quinquennal. Ces projets ont grandement aidé la Chine à réduire les émissions de carbone, son intensité énergétique et à progresser dans la promotion du développement de l’énergie bas carbone." Monique Vanvi, Présidente de Framatome Chine.

Lire l’article sur French.cri

Méthaneuf : une dérogation qui serait un droit à polluer

Imaginé par la filière gaz, Méthaneuf est un dispositif qui permettrait aux promoteurs de s’exonérer des exigences de la RE2020 relatives aux énergies renouvelables et aux émissions de CO2. Ou comment les promoteurs du gaz dans le chauffage cherchent à biaiser la nouvelle réglementation RE2020 et donc de ne pas contribuer à l’objectif de réduction de nos émissions de CO2.

Pour mémoire, le chauffage est le second secteur émetteur de CO2 en France derrière le transport.

Lire l’article sur Equilibre des Energies

Rolls-Royce veut fabriquer des dizaines de mini-réacteurs nucléaires

Rolls-Royce accélère le développement de mini-réacteurs nucléaires ou SMR (Small Modular Reactors) pour alimenter les villes moyennes en électricité décarbonée et aussi pour produire des carburants synthétiques « propres » pour faire fonctionner les moteurs d’avions dont il est un grand spécialiste.

Avec la crise majeure qui frappe le transport aérien depuis le début de la pandémie, cette diversification est devenue un enjeu majeur pour le groupe industriel britannique.

Lire l’article sur Transitions et Energies

Anne-Claire Poirier on Twitter

Sur les 100 milliards d’euros du plan de relance, 1 milliard sera consacré « aux relocalisations et à l’innovation ». Or, paradoxalement, l’état a ainsi favoriser les éoliennes low cost venues d’Asie.

La relocalisation est à la mode mais la réalité c'est que les industriels de l'éolien délocalisent. Comment leur en vouloir, les coûts sont 40% moins chers en Asie. Mais franchement est-ce la transition énergétique que nous voulons ?

Lire le tweet de @AnneC_Poirier

Lire l'article sur Le Canard Enchainé

Engie renonce à prolonger ses centrales nucléaires en Belgique

Face à la volonté des autorités belges de sortir du nucléaire d'ici 2025, récemment confirmée par le nouveau gouvernement, Electrabel – Engie Group (l'exploitant des centrales belges) a annoncé mettre fin à son programme de prolongation des réacteurs.

Cela pose plusieurs problèmes : pour le climat tout d’abord, pour la sécurité énergétique ensuite. La Belgique va donc payer fort cher pour aggraver son impact climatique et fragiliser son approvisionnement énergétique...

Lire le post sur LinkedIn

Green Deal européen: « Cessons d’incriminer le nucléaire ! »

L’Union Européenne a tort de ne pas traiter l’énergie nucléaire comme une énergie verte dans sa taxonomie, déplore l’économiste Bruno Alomar.

Le groupe d’expert en charge au sein de l’UE de l’analyse de cette énergie a souligné la question épineuse des déchets nucléaires. L’atome resterait ainsi sur le bord de la route, contrairement aux énergies renouvelables qui sont pourtant tout sauf neutres en matières premières.

La question des déchets nucléaires est une vraie question, qui ne doit pas être balayée d’un revers de main. Pas plus qu’une réalité soulignée par le GIEC : l’électricité d’origine nucléaire, du fait de son bilan carbone, fait partie de l’équation environnementale déjà ô combien difficile à laquelle nous sommes confrontés.

Lire l’article sur Le Figaro

La ministre de l'Energie salue la décision d'Engie : " Heureuse de voir Engie s'engager dans la transition énergétique "

Cette réaction fait suite à l'information d'Engie d'arrêter ses investissements pour la prolongation des centrales nucléaires belges. Pour la ministre de l’Energie belge, il s'agit de créer le cadre nécessaire à la neutralité climatique pour que les projets d'énergie renouvelable soient réellement réalisés. En attendant, il faudra également faire appel aux centrales thermiques au gaz...

« C'est comme la rénovation d'une maison. La situation s'aggrave avant de s'améliorer. D'abord vous êtes dans la poussière et ensuite vous êtes heureux d'avoir fait cet effort », a précisé Mme Van der Straeten. Comment une responsable politique peut proférer de telles inepties, et surtout de tels mensonges ?

Lire la suite du post sur LinkedIn

Batteries : l’innovation connait une croissance fulgurante et la France est dans le top mondial

L’innovation en matière de stockage de l’électricité joue un rôle crucial dans la transition énergétique et le développement de l’électromobilité. La France est dans le top 15 mondial et le 2ème pays européen le plus innovant. L’innovation française dans le secteur est principalement tirée par le CEA, à la 23e place mondiale en matière de dépôts de brevets avec 358 demandes.

Le CEA dispose d’une plateforme « Batteries » dotée de 50 millions d’euros d’équipements. Sur 3000 m2, dont 1000 m2 de salles blanches, elle compte 200 collaborateurs et travaille sur tous types d’applications, de l’implant auditif au bus électrique. Les objectifs : réduire les coûts, améliorer l’autonomie et la fiabilité

Lire l’article sur l’Automobile Propre

Northvolt résout le problème majeur des voitures électriques: le recyclage des batteries

Lorsqu'elles roulent, les voitures électriques polluent moins que les moteurs thermiques, mais leurs batteries ont un impact non-négligeable sur l'environnement, car elles nécessitent des ressources non-renouvelables comme le lithium, dont l'extraction peut être destructrice, et en aval les batteries usagées peuvent polluer les sols.

Northvolt pratique le recyclage hydrométallurgique, qui permet de récupérer le lithium. Une fois démontée, la batterie est broyée et l'électrolyte liquide évaporé puis récupéré. Les métaux magnétiques et non magnétiques sont ensuite séparés par des aimants. La poudre restante composée de nickel, manganèse, cobalt, lithium et graphite, est traité avec un bain d'acide pour séparer ces composants.

Lire l’article sur Korii

La face cachée des énergies vertes

Le 24 novembre sera diffusé sur Arte, à 20h50 « La face cachée des énergies vertes », un documentaire co-réalisé par Guillaume Pitron et Jean Louis Pérez, Inspirée, du livre « La guerre des métaux rares ».

Cette enquête de 90 minutes, menée sur trois continents, approfondit le sujet et apporte de nouvelles révélations sur les dessous de la transition écologique.

Espérons que ce documentaire sera traité avec la rigueur scientifique qui devrait être la norme dans les médias. Rendez-vous à partir du 25 novembre pour le debriefing…

Lire le post sur LinkedIn

Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

C/o Framatome

BAL S 544-F

10, rue Juliette Récamier

69456 LYON CEDEX 06

Réalisé par : TCP innovation