Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

Nouvelle étape cruciale à venir dans la quête de la fusion nucléaire

Le réacteur expérimental Joint European Torus (JET) est actuellement le plus grand tokamak existant. Situé au Culham Science Center près d'Oxford au Royaume-Uni, c'est un modèle réduit du futur réacteur ITER, qui doit démontrer la faisabilité de la fusion nucléaire, considérée comme le Graal énergétique du futur.

Au mois de juin, les chercheurs du JET vont franchir une étape cruciale dans cette quête : le premier test de production d'énergie nucléaire entrepris depuis 1997.

Le réacteur va pour cela être chargé de combustible, en l'occurrence du tritium et du deutérium, deux isotopes de l'hydrogène offrant les meilleurs rendements

Lire l’article sur Korii

Energie : une polarisation des débats au détriment du climat

La publication du rapport RTE/AIE le 27 janvier dernier a accentué la polarisation des débats sur l'énergie. Certains y ont vu une confirmation de la viabilité d'un mix électrique 100% renouvelable, d'autres au contraire des freins insurmontables. La question de la décarbonation du système électrique est donc débattue entre partisans de technologies bas carbone, en oubliant l'objectif de réduction des énergies fossiles dans le système global.Pendant que le Royaume-Uni ou la Chine développent simultanément les énergies renouvelables et nucléaires en fonction de leur contexte local pour réduire massivement l'impact carbone de leur mix électrique, la France se focalise sur le soit l'un soit l'autre, alors que les deux peuvent être associées efficacement.

Lire l’article sur La Tribune

Le train à hydrogène sera bien expérimenté sur la ligne Lyon-Clermont Ferrand

Le président LR de la région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a confirmé la commande de trois rames à hydrogène, qui devraient être livrées en 2023, lors d’une conférence de presse en marge de son assemblée plénière.Avec, comme premier axe d’expérimentation, la ligne Clermont-Lyon, pour un président de Région qui se place également en soutien de deux autres grands projets ferroviaires, le Lyon-Turin et le Lyon-Bordeaux, proposé par Railcoop.

Lire l’article sur La Tribune

Transports ferroviaires : l’hydrogène est trop cher !

Une étude commandée par le gouvernement belge pointe les avantages des lignes électrifiées et des trains à batterie pour remplacer les dernières locomotives au diesel. Selon cette étude, la solution des trains à hydrogène, quant à elle, est jugée trop chère.

Une étude qui va à rebours des expérimentations menées dans d'autres pays tels que l'Allemagne, l'Autriche, et en France (en région AuRA) à partir de 2023... Décryptage.

Lire l’article sur Révolution Energétique

Les Visages du Nucléaire – Lucas Dabilly - Endel

Découvrez les Visages du Nucléaire !

L'industrie nucléaire française, c'est 220 000 collaboratrices et collaborateurs passionné(e)s par leurs métiers et qui travaillent au quotidien à la production d'une électricité bas carbone.

Cette semaine, découvrez Lucas Dabilly qui travaille chez Endel en tant qu'Ingénieur-Soudeur !

Regarder la vidéo sur LinkedIn

Fukushima dix ans après, la question de la gestion des eaux contaminées

TEPCO, l’exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, et les autorités japonaises ont fait de la gestion des eaux contaminées et de la surveillance de l’environnement, une de leurs priorités.

Le point sur l’origine et la gestion de ces eaux à mars 2021, dans un dossier de Cécile CRAMPON (Sfen) et Jean-Pierre PERVES (expert Japon et Fukushima).

Lire l’article sur la Sfen

Genève veut se chauffer à l’accélérateur à particules

Ceci n’est pas de la science-fiction. L’accélérateur à particules du CERN va bel et bien fournir de l’énergie au réseau de chauffage de Ferney-Voltaire, proche de Genève. Si le concept paraît futuriste, il se base sur un système très simple de récupération de la chaleur résiduelle. Une partie de la chaleur dissipée par l’accélérateur à particules du CERN sera désormais exploitée au profit du réseau de chaleur de Fernay-Voltaire. Le système doit fournir une énergie de chauffage à 20 000 personnes, via une canalisation de 5 km qui puisera la chaleur dans le puits n°8 du tunnel du CERN.

Lire l’article sur Révolution Energétique

Convertir le CO2 de l’atmosphère en carburant

La transition énergétique ne se fera pas sans passer, au moins pendant quelques décennies, par la capture du CO2. Après la question est de savoir que faire de ce CO2. Le stocker ou l’utiliser.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Lille travaille sur un carburant fabriqué avec le CO2 récupéré baptisé DME (diméthyle éther) qui serait un excellent substitut au gasoil. Le DME produit à partir de CO2 en utilisant de l’électricité bas carbone aurait une faible empreinte carbone et impacterait très peu le climat.

Lire l’article sur Transitions et Energies

Les trois thermomètres de l’action climatique, mode d’emploi

Les rejets de CO2 provenant des énergies fossiles composent près de 70 % des émissions mondiales de GES. Pour chaque pays, il existe trois façons de les mesurer : l’empreinte carbone territoriale calcule les rejets de CO2 à l’intérieur des frontières d’un pays ; l’empreinte de consommation, ceux résultant des usages finaux de biens et services ; et l’empreinte d’extraction, ceux issus de l’énergie fossile extraite du pays.Ces trois empreintes ne s’additionnent pas. Elles constituent trois thermomètres bien distincts. La complémentarité des trois thermomètres éclaire les enjeux de la décarbonation des économies. Elle pose également la question de leurs rôles respectifs dans l’établissement et le suivi des objectifs de politique climatique.

Lire l’article sur Le Monde de l’Energie

Lancement du « marché carbone » national en Chine : le chat va-t-il attraper la souris ?

Le 1er février 2021 a été lancée la phase opérationnelle du « marché carbone » chinois à périmètre national, sous la responsabilité du nouveau Ministry of Ecology and Environment de la République Populaire de Chine.

Le système d’échange de quotas d’émissions (ou Emission Trading System – ETS – en anglais) mis en place par la Chine lui donne-t-il les moyens d’atteindre son double objectif, celui d’atteindre le pic de ses émissions de dioxyde de carbone en 2030, et celui de neutralité carbone à l’horizon 2060 que le président Xi Jinping a annoncé devant l’assemblée générale de Nations Unies le 22 septembre 2020 ? Décryptage.

Lire l’article sur Connaissance des Energies

Les moteurs à injection hydrogène aussi efficaces que les piles à combustible ?

Fournisseur de solutions pour l’injection de gaz dans les moteurs thermiques de camions, Westport Fuel Systems vient de délivrer les résultats de sa dernière étude.

Elle conclut que l’injection d’hydrogène dans les moteurs diesel HPDI est aussi efficace pour l’environnement que de rouler avec un camion électrique à pile hydrogène. Et ce, en conservant les performances du véhicule et pour un coût total de possession (TCO) bien moindre. Décryptage.

Lire l’article sur H2 mobile

Energie : « la politique belge est en complet déphasage avec l’urgence climatique »

La Belgique prévoit de sortir du nucléaire d’ici 2025.  Et c'est aussi le seul pays de l’Union européenne qui prévoit d’augmenter la part de combustibles fossiles dans son bouquet électrique d’ici 2030. Selon l’ingénieur Maxence Cordiez, si elle entre en vigueur, cette décision fragilisera l’approvisionnement énergétique belge et induira d’importantes émissions de gaz à effet de serre, en opposition avec l’urgence climatique et l’objectif européen d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Lire l’article sur Le Figaro

Verra-t on bientôt des éoliennes de 300 mètres de haut ?

L’énergéticien Engie vient d’obtenir l’autorisation de construire l’éolienne la plus élevée de Belgique à ce jour. L’éolienne, d’une hauteur totale de 242,5 mètres, équipée d’un rotor dont le diamètre sera de 155 mètres, sera implantée dans la zone portuaire de Gand. L’octroi de ce permis est l’occasion de se demander jusqu’à quelle hauteur l’évolution technologique hissera les éoliennes.

Lire l’article sur Révolution Energétique

Hong Guang Mini, l'électrique chinoise à 3.700 euros qui lamine Tesla

Hong Guang Mini, l'électrique chinoise à 3.700 euros, riquiqui et low cost, qui bat des records de ventes.

Le succès est tel (la voiture serait actuellement le deuxième véhicule électrique le plus vendu au monde) que la voiture pourrait tenter une incursion au-delà de la Grande Muraille.

Lire l’article sur Korii

Les incohérences de la transition électrique belge

Consacrer une part importante des moyens du plan de relance à l'énergie et, en particulier à l'énergie électrique, est en soi une bonne décision, pour autant que celle-ci soit bon marché et qu'elle soit disponible en tout temps.

Or, le plan de relance belge est avant tout vert et digital, c'est-à-dire que, d'une part, la production d'électricité sera toujours plus intermittente et que, d'autre part, l'activité économique requerra plus d'électricité bon marché, sans interruption d'approvisionnement, précisément à cause de la numérisation croissante. Dans le cadre d'un mix électrique sans nucléaire, la seule manière de compenser l'intermittence est, pour l'instant, de recourir aux centrales à gaz, le stockage d'énergie étant loin d'être satisfaisant tant d'un point de vue économique qu'opérationnel.

Lire l’article sur Trends

Les propriétaires de voitures électriques habitent une maison et possèdent un autre véhicule thermique

Le véhicule électrique est considéré par une part grandissante de l’opinion comme un élément important de la transition énergétique, et logiquement ses ventes ont doublé en France l’an dernier.

Mais le succès du VE se mesure aussi à sa capacité à se substituer réellement au véhicule thermique et à toucher une part grandissante de la population. Or, une enquête d’Enedis sur le VE montre qu’il reste aujourd’hui réservé à une catégorie aisée de la population : les propriétaires de VE sont 88% à habiter dans une maison et à recharger leur véhicule dans leur garage. A 79%, ils ont un autre véhicule à moteur thermique pour effectuer de longs trajets.

La démocratisation de l’électrique va prendre du temps….

Lire l’article sur Transitions et Energies

La petite hydroélectricité cherche sa place en France

Le Conseil d’Etat a annulé, le 15 février dernier, une des dispositions du décret passé en août 2019, qui prévoyait la notion d’obstacle à la continuité écologique des cours d’eau. Une notion qui ouvrait la voie à des recours contre les projets de développement de la petite hydroélectricité sur les cours d’eau français. La Fédération Electrique Autonome Française et France Hydro-électricté ont donc déposé un recours pour contester ce point du décret. A présent que le Conseil d’Etat a statué en leur faveur, les projets de petite hydroélectricité devraient avoir plus de facilité à voir le jour. Mais cette décision sera-t-elle suffisante pour donner un nouvel élan aux projets d’énergie bleue dans l’Hexagone ? Car la France peine encore à concrétiser son fort potentiel en énergie bleue.

Lire l’article sur l’EnerGeek

Le réseau électrique du Texas a été à 4 minutes et 37 secondes de l’effondrement total

Confronté lundi 15 février dernier à un effondrement des températures, à des tempêtes de neige et à une cascade de panne de ces centrales, le Texas a évité d’extrême justesse de perdre pour des semaines, voire des mois, une grande partie de son réseau électrique.

ERCOT, le gestionnaire du réseau électrique de l’Etat  (Electric Reliability Council of Texas) a rendu public l’enchaînement des évènements qui ont presque conduit à un désastre total. Il montre qu’il s’en est fallu précisément de 4 minutes et 37 secondes pour qu’une cascade de dysfonctionnements plonge dans le noir l’ensemble de l’Etat du Texas.

Lire l’article sur Transitions et Energies

Une étude invite l’UE à ne pas négliger le nucléaire pour atteindre ses objectifs climatiques

Les sources d’énergie renouvelables ne seront pas suffisantes pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050, c’est ce qu’affirment des eurodéputés qui s’appuient sur une nouvelle étude pour prôner un retour au développement de l’énergie nucléaire. Ce document, rédigé par un groupe d’experts et soumis au processus d’évaluation par les pairs, estime que les plans de réduction des émissions mis en place jusqu’à présent ne permettront pas d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris de 2015 (limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C). Selon l’eurodéputé néerlandais Robert Roos, la Commission devrait maintenant « reconsidérer la manière dont elle veut atteindre la neutralité climatique » en réintroduisant l’énergie nucléaire dans le panachage de ses politiques.

Lire l’article sur Euractiv

Face à l'électrique, Porsche vante son carburant écolo

La plupart des constructeurs se convertissent à l'électrique à marche forcée. Y compris Porsche qui a lancé en 2020 la Taycan, son premier modèle 100% électrique.Le patron du constructeur allemand n'a pas pour autant fait une croix sur le moteur à combustion. Lors de la présentation de son nouveau modèle 911 GT3, son vice-président des sports motorisés et des modèles GT, Frank Walliser, a affirmé mettre au point un carburant synthétique baptisé eFuel qui serait « aussi écologique que la voiture électrique ».

Selon lui, la réduction de CO2 sera de 85%. Et lorsqu'on prend en compte l'ensemble du cycle de fabrication et d'utilisation, on arriverait au même niveau d'émissions que la voiture électrique (une voiture électrique émettant en moyenne 50% de CO2 de plus qu'une voiture thermique lors de sa fabrication).

Lire l’article sur Korii

Logement : le gouvernement resserre son étau sur les « passoires énergétiques »

Le diagnostic de performance énergétique (DPE), va faire l'objet d'un lifting. Le nouvel affichage présentera de façon distincte l'estimation du montant moyen des factures énergétiques du logement et (nouveauté) le niveau des émissions de gaz à effet de serre dont ce logement est la source, sur une échelle de 6 valeurs, de la lettre A pour la meilleure à la lettre G, comme pour l'étiquette énergétique.

Ce changement va provoquer un petit séisme dans la répartition des 4,8 millions de passoires thermiques (les logements classés en F et G). Avec lui, 600.000 logements chauffés au fioul et 200.000 au gaz vont basculer dans cette catégorie. Inversement, 600.000 logements chauffés à l'électricité, ressource très faiblement émettrice de CO2 en France, car très majoritairement d'origine nucléaire, vont en sortir.

Lire l’article sur Les Echos

Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

C/o Framatome

BAL S 544-F

10, rue Juliette Récamier

69456 LYON CEDEX 06

Réalisé par : TCP innovation