Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

Pourquoi le bitcoin est-il une cryptomonnaie plus énergivore que Google ?

Le bitcoin utilise d'énormes quantités d'électricité et les mineurs de bitcoins produisent désormais autant de pollution qu'une nation de taille moyenne. La cryptomonnaie pourrait bientôt consommer plus de 200 TWh d'électricité. C'est en tout cas ce qu'affirme une nouvelle étude du data scientifique Alex de Vries parue dans la revue Joule.Ce chiffre est équivalent, à peu de choses près, à la quantité d'énergie consommée par tous les centres de données, ou data centres, au niveau mondial, sachant que selon une autre étude du Cambridge Centre for Alternative Finance de l'université de Cambridge, 61% de l'extraction de bitcoins l'année dernière a été alimentée par des combustibles fossiles.

Alors si le Bitcoin est une monnaie virtuelle, ses effet néfastes pour l’environnement sont bien réels.

Lire l’article sur Ma Petite Energie

Un projet de parc photovoltaïque en Gironde menace 1 000 hectares de forêt de pins

Porté par deux énergéticiens français, Neoen et Engie, le projet Horizéo vise à installer un parc photovoltaïque d’envergure à Saucats (Gironde). Cette municipalité, située dans le sud de la métropole bordelaise, est connue pour sa réserve naturelle et son immense forêt de pins maritimes. Et ce projet d’un milliard d’euros, nécessite l’abattage de plus de 1 000 hectares de forêt de pins.

L’occasion de rappeler l’emprise au sol des différentes sources d’énergies : Il faut environ 50 fois moins d’espace par rapport à l’éolien et presque 100 fois moins d’espace par rapport au solaire pour produire un KWH avec du nucléaire. Et ce sans qu’il soit nécessaire de prévoir en plus un système de stockage, qui nécessiterait de l’espace additionnel, en raison de l’intermittence de ces deux énergies renouvelables.

Lire le post sur LinkedIn

GIFEN - Découvrez les Visages du Nucléaire

Découvrez les Visages du Nucléaire ! L'industrie nucléaire française, c'est 220 000 collaboratrices et collaborateurs passionné(e)s par leurs métiers, qui travaillent au quotidien à la production d'une électricité bas carbone.

Cette semaine, découvrez Nicholas Morris, qui travaille chez Assystem en tant que Business development Mananger !

Regarder la vidéo sur LinkedIn

Le géant indien mise sur le nucléaire

Forte d’1,3 milliard d’habitants, l’Inde est le troisième producteur d’électricité dans le monde mais 25 % de sa population n’a toujours pas accès à l’électricité.

Ce colosse asiatique aux pieds d’argile doit faire face à des défis sanitaires, écologiques et économiques majeurs. Pour ce faire, il mise sur l’énergie nucléaire avec, entre autres, l’aide technologique de la France.

Lire l’article sur La Sfen

Une nouvelle solution de soudage automatisé issue d’une collaboration internationale

Chez Framatome, l’innovation est au cœur des actions de nos équipes, qui s’appuient sur la collaboration entre les entités. Une équipe internationale a développé un système de soudage adaptable, plus rapide et plus robuste pour accompagner les exploitants nucléaires dans leurs maintenances fortuites. Après plusieurs années de collaboration, de tests et de développement, le premier équipement industrialisé pour le soudage – AWE pour Adaptable Welding Equipment – est prêt à être mis en service sur le terrain.

Lire l’article sur Framatome

Nucléaire : le plus grand rotor au monde testé avec succès à Belfort

La division « Steam Power » de General Electric a testé avec succès à Belfort le premier rotor basse pression de la turbine Arabelle. Il est équipé de la plus grande ailette terminale jamais construite (1,90 m de long).

Cette turbine Arabelle équipera la centrale nucléaire EPR « Hinkley Point C » à Suffolk en Angleterre, d’une puissance de 3,2 GW (deux fois 1,6 GW) sans rejet de CO2, répondant à 7 % du besoin total en électricité du Royaume-Uni. Ce sera la plus puissante turbine à vapeur nucléaire en service dans le monde.

Lire l’article sur l’Est Républicain

Le biométhane, pourquoi faire ?

Il est positif que la production de biométhane (issu de méthanisation) augmente en France, car il peut se substituer à des carburants fossiles.

Cependant, l'utiliser pour produire de l'électricité n'est probablement pas le meilleur usage qu'on puisse en faire. D'autres alternatives bas carbone existent pour produire de l'électricité (nucléaire, hydraulique, éolien, solaire PV...) tandis que certaines conso énergétiques nécessiteront durablement des combustibles, notamment dans l'industrie et la mobilité lourde (navires, bus, camions...).

Certes le plus simple quand on produit du biométhane est de l'utiliser dans des applications actuellement servies par du gaz fossile. Décryptage.

Lire le post sur LinkedIn

Electricité : le réseau britannique prend le contre-pied de l'approche française

Le gestionnaire britannique du réseau d'électricité et de gaz National Grid met la main sur le plus grand distributeur d'électricité au Royaume-Uni pour accélérer sa transition énergétique, alors que le projet de réorganisation d'EDF veut au contraire séparer encore un peu plus le réseau RTE et le distributeur Enedis.

Si en France, le projet de réforme d'EDF « Hercule » prévoit que le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité Enedis évolue dans une entité séparée (EDF Vert) à celle dans laquelle sera logé le spécialiste du transport d'électricité haute tension RTE (EDF Bleu), le gestionnaire de réseau de transport d'électricité britannique a une stratégie radicalement différente.

Lire une partie de l’article sur Les Echos (l’article intégral étant réservé aux abonnés)

Le plaidoyer de François Bayrou en faveur du nucléaire

De plus en plus de personnalités politiques prennent position publiquement en faveur du nucléaire.

Dans la grande bataille contre les émissions de CO2, la France ne peut pas se passer de nucléaire. Dans une note qui doit être publiée mercredi, et dont Le Figaro a eu connaissance, François Bayrou veut réhabiliter l’atome. Il fait partie de la réponse pour décarboner l’économie française, qui est appelée, dans les trente ans qui viennent, à se passer d’une part considérable des énergies fossiles qu’elle consomme aujourd’hui.

Lire une partie de l’article sur Le Figaro (l’article intégral étant réservé aux abonnés)

Interviews Théo et Jean-Giscard de ENDEL SRA par Nuclear Valley AuRA

Théo Lerat et Jean-Giscard Nnang étaient les représentants ENDEL SRA du CFA des métiers des énergies EDF.

Ils ont été interviewés pour parler de leur parcours dans le secteur du nucléaire à l'occasion du webinaire organisé par Institut international de l'énergie nucléaire (I2EN) et le GIFEN "Les étudiants à la rencontre de la filière nucléaire". (l’intégralité du webinaire est à retrouver bientôt sur la chaîne YouTube de Nuclear Valley) .

Chez ENDELSRA, nous sommes fiers de transmettre la passion du nucléaire.

Retrouvez leur interview en vidéo sur YouTube

Le GIFEN, porteur du projet GENESIS, obtient un financement de 5 millions d’euros pour contribuer à la transition numérique de la filière nucléaire française

Le GIFEN est heureux d'annoncer que son projet GENESIS, qui vise à accélérer la transition numérique de la filière nucléaire française, bénéficiera d'un financement de 5 millions d'euros dans le cadre de l'appel à projets « mutualisation de moyens au service des filières et plateformes numériques de filières » mis en œuvre par Bpifrance.

Ce projet prévoit notamment la mise à disposition de services numériques au sein de plateformes collaboratives destinées à toutes les entreprises de la filière. Des services à forte valeur ajoutée en matière de performance et de réduction des coûts.

Lire l’article sur Le GIFEN

Le Groupe EDF crée Datanumia, filiale spécialisée dans l’optimisation et le management des consommations énergétiques

Issue de la fusion entre Netseenergy et Edelia, Datanumia réunit les compétences et les moyens de ces deux filiales du groupe EDF pour devenir un acteur européen dans le domaine des data au service des clients.

En facilitant la compréhension de la consommation énergétique des clients, les outils de suivi proposés par Datanumia favorisent la maîtrise et la réduction des consommations énergétiques. Ils constituent des moyens d'action concrets pour optimiser les consommations, formant ainsi un levier essentiel en faveur de la transition énergétique mais aussi de la possible réduction de la facture d'énergie pour les clients.

Lire l’article sur Euro Energies

Radioativité : Des centaines de questions, une exposition

Le nucléaire et la radioactivité soulèvent de nombreuses interrogations. Pour contribuer à y répondre, l’ASN et l’IRSN ont créé une exposition pédagogique présentant de manière synthétique et illustrée les connaissances de base nécessaires à la compréhension des enjeux.L’exposition « Radioactivité » entend diffuser une information claire et objective, sans tabou ni parti pris, sur la radioactivité, ses usages, ses risques, ses effets sur la santé et l’environnement.

Commencer la visite sur l’IRSN

Visite virtuelle chez Framatome Saint-Marcel

Découvrez des images inédites de la fabrication des composants lourds dans l’usine Framatome de Saint-Marcel (71).

Filmés par drone, les composants du circuit primaire se révèlent dans leurs impressionnantes dimensions : cuves de réacteur et générateurs de vapeur de type EPR pour le projet d’Hinkley Point C au Royaume Uni et composants de remplacement pour le parc nucléaire français.

Regarder la vidéo sur LinkedIn

Le nucléaire est le meilleur pour le climat : 6 g CO2/kWh  !

En effet, selon la base carbone de l’ADEME, les émissions de CO2 pour 1 kWh sont de 6 g CO2/kWh pour le nucléaire français, de 15 g CO2/kWh pour l’éolien (2,5 fois plus) et de 55 g CO2/kWh pour le PV (9 fois plus).

Les scientifiques du GIEC donnent des chiffres, non pas sur le territoire français, mais en moyenne mondiale de 12 g CO2/kWh pour le nucléaire, 11 g CO2/kWh pour l’éolien, 24 g CO2/kWh pour l’hydraulique, 41 g CO2/kWh pour le PV, 490 g CO2 pour le gaz, et 820 g CO2 pour le charbon.

Lire le post sur LinkedIn           Lire l’article sur Contrepoint

Tout savoir sur NIO, le vrai concurrent de Tesla

L’arrivée des voitures électriques constitue une petite révolution dans le monde de l’automobile. Et pour les constructeurs historiques, il s’agit là d’un euphémisme. Alors que de plus en plus de marques abandonnent le thermique au profit de l’électrique, d’autres, comme NIO, n’ont jamais proposé de véhicules essence ou diesel à leur catalogue.

Automobile Propre fait le point sur ce jeune constructeur chinois qui s’apprête à entrer sur le marché européen.

Lire l’article et regarder la vidéo sur Automobile Propre

La Capture et Séquestration de Carbone pour réduire nos émissions de CO2

La capture et utilisation ou stockage de carbone en sortie de centrale électrogène ou d'industrie est un sujet dont on parle assez peu en France (même si des travaux sont menés par certains organismes de recherche et industries) mais sur lequel certains pays parient fortement pour atteindre leurs objectifs climatiques. Comme toute technologie, celle-ci présente des avantages et des inconvénients. Pour approfondir ce sujet complexe et non manichéen, je vous recommande cette vidéo de Rodolphe MEYER (dit Le Reveilleur)

Regarder la vidéo sur YouTube

Les hivers s'annoncent menaçants pour le réseau électrique)

Si certains ont été surpris de voir la menace de coupures d'électricité ciblées planer sur la France cet hiver, ils vont devoir s'y habituer. Dans son bilan prévisionnel à horizon 2030, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité RTE alerte sur une situation de « vigilance particulière » qui va perdurer jusqu'en 2024.

RTE estime que la fermeture de nouveaux réacteurs nucléaires à l'horizon 2026, comme envisagé dans la feuille de route énergétique du gouvernement, pourront très difficilement être réalisées.

Lire l’article sur Les Echos

Vaccins et nucléaire : l’ingérence de l’Europe dans ces dossiers stratégiques est-elle justifiée ?

Une question que l’on est en droit de se poser en toute légitimité lorsque l’on mesure les conséquences délétères d’une stratégie de la Commission Européenne fondée sur des a priori et marquée par le dogmatisme.

La campagne de vaccination en France, la place du nucléaire dans le mix énergétique de notre pays, et l’avenir d’EDF sont en effet marqués par la prise de pouvoir de cette Commission Européenne sur ces sujets éminemment stratégiques. Lesquels seraient pourtant fondés à relever du principe de subsidiarité.

Une tribune d’Alain Desgranges, Ingénieur INSTN SACLAY en génie atomique et membre de l’association PNC-France.

Lire l’article sur Le Monde de l’Energie

Décryptage : Quelle sera notre consommation d’électricité en 2050 ?

Quelle sera notre consommation d'électricité en 2050 ? Dans le contexte du réchauffement climatique induit par nos émissions de CO2, la question se pose de manière brûlante à ceux qui élaborent les scénarios énergétiques du futur. Et les divergences qui apparaissent dans les rapports d'experts pourraient affecter la sécurité de notre approvisionnement.

En 2015, l'ADEME estimait à moins de 400 TWh la demande en électricité dans notre pays à l'horizon 2050. Deux ans plus tard, elle revoyait sa copie, avec une consommation de plus de 500 TWh. La Stratégie nationale bas carbone (SNBC) retient désormais le chiffre de 630 TWh. Pour l'Académie des technologies, d'ici 2050, la demande en électricité en France pourrait même monter jusqu'à 850 TWh.

Lire l’article sur Futura Sciences

Tesla : une batterie géante pour le réseau électrique du Texas

Tesla va raccorder une usine de batterie géante au réseau électrique du Texas. L’État américain a connu une des pires pannes électriques de son histoire en février en raison d’une vague de froid.

Aucun mot dans cet article sur le cout « économique » et le cout « carbone » de ce dispositif de stockage !

Alors prenons l’exemple de la plus grande batterie au monde, la Tesla Powerpack, adossée au parc éolien de Hornsdale en Australie du Sud : 66 millions de dollars pour une capacité de stockage de 129 MWh. (100 MW)...

Découvez le cout « économique » et le cout « carbone » dans le post sur LinkedIn

Ce n’est pas une blague : la première gigafactory française d’électrolyseurs sera … belge !

L’hydrogène sera-t-il la recette miracle qui sauvera notre climat ? Rien n’est moins sûr, mais l’Europe et dans son sillage plusieurs gouvernements, semblent y croire.

Dans la course à l’hydrogène vert, le groupe belge d’ingénierie John Cockerill a de sérieux atouts. Sur les 100 millions que John Cockerill projette d’investir sur 4 ans dans l’hydrogène vert, 38 millions seront consacrés au site d’Aspach dans le Haut-Rhin pour y installer une usine d’électrolyseurs alcalins de grande puissance, l’objectif étant d’atteindre une capacité de 1 GW en 2025. Ce sera donc bel et bien une « gigafactory ».

Lire l’article sur Révolution Energétique

EPR de Flamanville : l'ASN donne son feu vert pour les huit soudures problématiques

Cette décision était pour le moins attendue du côté d’EDF. Vendredi 19 mars 2021, l’Autorité de sûreté nucléaire vient, en effet, de donner son feu vert pour « la réalisation des opérations de soudage par robot sur les tuyauteries du circuit secondaire principal de l’EPR de Flamanville (Manche) ».

C’est en juin 2019 que ces problèmes de soudures avaient été détectés. Cette annonce avait obligé EDF à bousculer son calendrier prévisionnel avec un chargement du combustible programmé à fin 2022 et à revoir le coût de son projet.

Ce procédé privilégié par l’électricien devait cependant recevoir l’accord de l’ASN. C’est désormais chose faite. « Les travaux devraient d’ailleurs intervenir rapidement », selon la direction de la centrale.

Lire l’article dans la Presse de la Manche

Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

C/o Framatome

BAL S 544-F

10, rue Juliette Récamier

69456 LYON CEDEX 06

Réalisé par : TCP innovation