Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

Sortie des fossiles : pour les Émirats arabes unis, le nucléaire est incontournable

Avec le lancement de son 1er réacteur nucléaire civil, ainsi que les nombreux programmes en cours pour promouvoir les énergies renouvelables, Abou Dhabi aspire à se positionner comme pionnière de la transition énergétique dans une région marquée par la dépendance à la manne pétrolière. En août dernier entrait en service la 1ère centrale nucléaire arabe, qui doit couvrir 25 % de la consommation électrique du pays.

De plus en plus de pays se dotent ainsi de programmes forts pour réduire la part des énergies fossiles dans leur mix énergétique et se tournent vers l’atome pour réussir ce défi. Ils se basent sur le rapport spécial du GIEC de 2018 « Réchauffement de la planète de 1,5 °C » commandé suite aux accords de Paris de 2015.

Lire l’article sur l’EnerGeek

Trente-cinq ans après Tchernobyl, la Russie joue la carte de la puissance nucléaire

L’énergie nucléaire reste un véritable levier de l’influence géoéconomique de la Russie dans le monde. Cette filière, est l’un des rares secteurs russes hautement technologiques à l’export, et bénéficie du soutien financier et politique de l’État russe. Le moteur de cette croissance industrielle est l’entreprise publique Rosatom.

En 2021, Rosatom construit 2 réacteurs en Russie et 10 à l’étranger : 4 en Turquie, 2 en Biélorussie, 2 en Hongrie, et 2 au Bangladesh. En outre, 5 sont au stade de la pré-construction: 1 en Finlande, 4 en Égypte.

Rosatom affiche également 35 nouveaux projets de centrales nucléaires à différents stades de développement, en Chine, Inde, Iran et Arabie saoudite.

Lire l’article sur Transitions et Energies

L'AIE appelle au développement « immédiat et massif » des énergies propres

Dans un rapport publié le 18 mai dernier, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) exhorte les pays à diminuer leurs investissements dans les solutions énergétiques fossiles, responsables des trois quarts des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, afin de se concentrer sur les moyens de production plus vertueux, comme les énergies renouvelables et le nucléaire.

Car, pour l’instant, « il y a un énorme fossé entre la rhétorique et la réalité », estime Fatih Birol, le directeur exécutif de l’AIE.« Cette année devrait encore être l’une des pires en matière d’émissions de CO2. »

Lire l’article sur Le Monde de l’Energie

Voiture électrique : Vinci Autoroutes veut déployer massivement la charge rapide

« À ce jour, 60 sites, c’est-à-dire le tiers de nos aires, sont équipés. L’objectif, pour 2023, est que la quasi-totalité des 180 aires proposent la recharge ultrarapide des véhicules électriques. Pourquoi le déploiement des bornes est-il si long ? Il faut quasiment 2 ans entre la prise de décision et l’ouverture d’une station de recharge. La 1ère étape consiste à retenir un opérateur. Ce qui passe par une procédure de publicité, la mise en concurrence, et au final l’agrément de l’État. Tous les travaux sont alors encore à réaliser. Obtenir un raccordement de 1 ou 2 MW pour 10 superchargeurs, ça correspond à la puissance nécessaire pour alimenter un gros hameau ou une petite ville »

Lire l’article sur Automobile Propre

GMG annonce des batteries graphène aluminium-ion révolutionnaires

La société australienne Graphene Manufacturing Group (GMG) prévoit les 1er prototypes à courte échéance : Pour des piles boutons (montres, téléphones portables et autres appareils nomades), la technologie graphène aluminium-ion serait accessible dès l’année prochaine, et 2 ans plus tard pour la mobilité électrique.

Selon GMG, ses batteries aluminium-ion à électrode au graphène se rechargeraient jusqu’à 60 ou 70 fois plus rapidement que les actuelles cellules lithium-ion commercialisées. Du côté de la densité énergétique, GMG avance 150-160 Wh/kg, soit des valeurs encore en retrait par rapport aux 250 Wh/kg affichés actuellement pour la technologie lithium-ion, avec des perspectives à 500 Wh/kg pour 2030.

Lire l’article sur l’Automobile Propre

Voge ER10 : une chinoise électrique équivalent 125 cm3 à bas prix bientôt en Europe

Présentée au dernier EICMA Milan Motorcycle Show, la moto électrique Voge ER-10 chinoise va arriver jusqu'en Europe. Côté tarif, il faudra débourser 6 795 euros pour enfourcher cette nouvelle moto électrique. À noter que la moto est éligible à la prime d'état de 900 euros en France.

Classée dans la catégorie des équivalents 125 cm3, cette Voge ER-10 délivre une puissance totale de 11 kW (via un moteur placé en position centrale), soit de quoi s'affranchir du 0 à 50 km/h en 4,8 secondes, et grimper jusqu'à 90 km/h en vitesse de pointe.

Elle dispose d'une batterie Samsung, d'une capacité totale de 4,2 kWh, offrant une autonomie de 100 km environ, dans le cadre d'un pilotage « modéré », et environ 50 km en condition d'utilisation normale.

Lire l’article sur Clubic

Nucléaire : dix questions pour comprendre la révolution promise par les petits réacteurs

Les petits réacteurs nucléaires modulaires pourraient être de très bons candidats au remplacement des centrales à charbon et au gaz, indispensable pour tenir les objectifs de la transition énergétique. Dans ce vaste marché mondial, qui pourrait éclore dès 2030, la France entend tirer son épingle du jeu grâce à son projet Nuward, face au Canada, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et à la Chine, dont les travaux sont pourtant plus avancés. Si son savoir-faire technologique peut faire la différence, les défis économiques restent, eux, énormes.

Lire une partie de l’article sur La Tribune (l’intégralité étant réservé aux abonnés)

Höga : la voiture électrique signée IKEA… à monter soi-même !

Le géant suédois projette de commercialiser une voiture électrique, dont la conception a été confiée au designer Ryan Schlotthauer, en partenariat avec le géant de l’automobile francais Renault.

Ce petit véhicule électrique, baptisé Höga, est très atypique. Il affiche en effet une longueur de 2,3 m, mais aussi (et surtout) une hauteur de 1,80 m.

L’autre particularité de cette petite voiture électrique, c’est que, comme chaque meuble IKEA qui se respecte, l’acquéreur aura la lourde tâche de la monter lui-même.

Lire l’article sur Presse Citron

Hydrogène : La propreté de sa production remise en question

Un plein en quelques minutes, pas de rejets polluants à l'échappement...

Sur le papier, l'hydrogène a tout du carburant miracle pour l'écologie. Mais sa production est, elle, loin d'être toujours parfaitement propre, comme le rappelle un récent rapport de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) qui indique que 99 % de « la production d’hydrogène repose aujourd’hui sur les énergies fossiles (gaz naturel, pétrole et charbon) et s’accompagne d’importantes émissions de gaz à effet de serre (GES) ».

L’enjeu est donc de décarboner la production d’hydrogène en le produisant via l’électrolyse, à base d’électricité bas carbone.

Lire le post sur LinkedIn

Production renouvelable d’hydrogène par les micro algues : révolution ou utopie ?

Dans certaines conditions, les micro algues sont tout à fait capables de produire de l’hydrogène uniquement avec de l’eau et du soleil. Ça c’est la théorie. En pratique les verrous sont encore nombreux, mais qui sait, dans un avenir que l’on n’espère pas trop lointain, des dispositifs de production à grande échelle pourraient voir le jour, sous la forme d’immenses bassins, afin de de produire les énormes quantités d’hydrogène vert dont le monde a tant besoin.

D’ici là, on peut d’ores et déjà produire de l’hydrogène décarboné via l’électrolyse, à partir de l’électricité française qui est l’une des plus décarbonée d’Europe grâce à son mix s’appuyant majoritairement sur le nucléaire et l’hydraulique. Et ça, c’est possible sans incertitude, et tout de suite.

Lire l’article sur Transitions et Energies

La politique française du nucléaire de 4ème génération

Très bon article de Patrice TOURAINE sur l'histoire de la filière des réacteurs nucléaires à neutrons rapides en France, depuis Rapsodie en 1966 jusqu'à aujourd'hui. L'auteur s'attache en particulier à analyser les ressorts de la guerre informationnelle qui entoure cette technologie depuis ses débuts.

Dans cet article, il revient sur cette filière « à part », en faisant un bref rappel historique de son évolution, puis il décrit son traitement informationnel. Il étudie les mécanismes cognitifs impliqués dans ces sujets relatifs au nucléaire et conclut sur la nature possible des attaques informationnelles qui pourraient être utilisées en influence ou contre-influence.

Lire l’article sur La Vie Politique Française

La Pologne va “maintenir ouverte sa mine de charbon” malgré la décision de la justice européenne

Cette mine de lignite –un charbon de mauvaise qualité– permet la fourniture d’environ 7% de l’électricité en Pologne. Le groupe PGE, qui la détient et l’exploite, compte en extraire du charbon jusqu’en 2044 et veut l’étendre de 25 à 30 kilomètres carrés. La Pologne est dépendante du charbon pour environ 80% de son électricité et compte quelque 80.000 emplois dans le secteur minier.

Elle a cependant promis de développer les énergies renouvelables et le nucléaire, et prévoit la fermeture progressive de ses mines d’ici 2049, afin de répondre aux objectifs de l’UE en matière de réduction d’émission de gaz à effet de serre. Bien tard, trop tard pour l’urgence climatique…

Lire l’article sur Le Monde de l’Energie

Aquarius dévoile un moteur à hydrogène révolutionnaire

L’entreprise israélienne Aquarius Engines a imaginé un moteur à cylindre horizontal unique dans lequel glisse de droite à gauche un piston linéaire, et vient d’adapter ce moteur pour le faire fonctionner à l’hydrogène.

A l’origine, le bloc fonctionnait à l’essence. Il a ensuite été adapté pour être alimenté au GNV ou au GPL. La dernière version, tout juste présentée, a été conçue pour l’hydrogène.

De part sa conception qui limite le nombre de pièces en mouvement (1 seule sur les 20 composants), les habituelles pertes en raison des frottements mécaniques sont passées de 15 % avec un moteur thermique classique, à seulement 2 %. Le rendement est ainsi amélioré et la destruction par usure repoussée.

Lire l’article sur H2 mobile

Contrairement à Tesla et VW, Daimler-Benz croit au succès du véhicule à hydrogène

« Nous ne pouvons pas nous permettre de miser sur seulement une seule technologie pour atteindre les objectifs climatiques. Notre priorité jusqu’en 2025 sera à 100% sur les véhicules électriques à batteries. Entre 2025 et 2035, nous aurons besoin à la fois de véhicules électriques à batteries et de véhicules électriques à pile à combustible et à hydrogène parce les besoins massifs de nouvelles infrastructures nécessitent une double approche » annonce Martin Daum, le patron de la division poids lourd du constructeur automobile allemand Daimler-Benz.

Le camion GenH2 développé par Daimler-Benz devrait avoir une autonomie de 1.000 kilomètres avec une capacité à fonctionner sans problèmes pendant 10 ans en faisant 1,2 million de kms.

Lire l’article sur Transitions et Energies

UK's leading zero-carbon industries call for urgent action to jumpstart grid decarbonisation

C'est motivant de voir qu'au Royaume-Uni, trois associations représentant les énergies bas carbone (Nuclear Industry Association, RenewableUK, et Solar Energy UK) sont capables de s'allier pour demander ensemble plus de projets éoliens, nucléaires et solaires au gouvernement.

Contrairement à ce qui se passe en France et en Europe, ces trois associations identifient le gaz fossile comme ennemi commun (le Royaume-Uni ayant quasi achevé sa sortie du charbon). C'est assez inédit pour être noté.

Ces trois associations expliquent que les émissions du secteur électrique ont augmenté depuis l'an dernier du fait d'un recours accru au gaz.

Lire le post sur LinkedIn

Nucléaire : à Flamanville, le futur réacteur EPR est en phase d'achèvement

183 assemblages de combustibles, sur les 241 qui seront chargés dans le réacteur, sont déjà arrivés à Flamanville. Ils ont été réceptionnés et mis sous eau dans la piscine du bâtiment combustible.

Les grappes sources, elles, sont attendues en 2022, quelques mois avant le chargement.

Concernant les soudures du circuit secondaire à reprendre, EDF a une centaine d’opérations à réaliser. « Nous sommes prêts à passer à une phase industrielle, en déployant 500 soudeurs. Nous attendons maintenant une non-objection de la part de l’ASN. » déclare David Le Hir, directeur de l’achèvement et des essais pour EDF.

Lire l’article sur Actu.fr

Michelin attaque le juteux marché des pneus pour voitures électriques

Le pneumaticien français vient de lancer une gamme de pneus dédiés aux voitures électriques sportives. Ces pneus extrêmement sophistiqués doivent répondre aux spécificités de ces voitures, pour garder un haut niveau de performance. C'est aussi une façon pour Michelin de garder la main alors que les marques asiatiques ne cessent de gagner des parts de marché sur les segments d'entrée de gamme.

Michelin estime que les pneus doivent augmenter de 15% leur capacité de poids pour maintenir leurs performances. En outre, En travaillant sur résistance au roulement, c'est-à-dire de son adhérence au sol, Michelin a calculé qu'il était possible de gagner 50 km d'autonomie supplémentaire.

Lire le post sur LinkedIn

Hydrogène : vers une production décarbonée et compétitive

C’est tellement rare... : lors d’une conférence sur la production d’hydrogène décarboné, les intervenants n’ont pas opposé énergies renouvelables et nucléaire, mais au contraire ont souligné leur complémentarité :

« Aujourd’hui, l’hydrogène est encore obtenu à 90 % par vaporeformage à partir du gaz. La direction est désormais prise vers une production décarbonée qui peut s’appuyer sur une électricité d’origine nucléaire (H2 rose) ou par l’exploitation des sources renouvelables (H2 vert) que sont par exemple l’éolien, le solaire, et l’hydroélectrique. »

« Le nucléaire (small modular reactor) serait également présent près des grandes villes ou des sites industriels. »

Lire l’article sur H2 mobile

Centrale thermique du Larivot : la Guyane verdit son électricité

La mise en service de la centrale électrique du Larivot, prévue en 2024, fonctionnant à la biomasse liquide, permettra  de sécuriser l’approvisionnement électrique de la Guyane, et de réduire les émissions de gaz à effet de serre (puisqu’elle remplacera une centrale fioul) dans ce département français où la demande énergétique devrait croître de 3 % par an dans les prochaines années.

Cette biomasse est en fait du biocarburant. EDF n'a pas donné de détail sur le type et l'origine de ce biocarburant. L'état français a exclu que ce soit à base d'huile de palme ou de colza. Il reste donc à voir si EDF va privilégier des sources issues de résidus, et au maximum locales, afin d'avoir le moins d'impact environnemental et carbone.

Lire l’article sur l’EnerGeek

Les prix des panneaux solaires ont fortement augmenté depuis le début de l’année

L’énergie solaire photovoltaïque est celle dont la croissance a été la plus rapide au monde. Cela tient à sa simplicité d’utilisation, à un investissement initial assez limité et surtout à ses coûts qui n’ont cessé de baisser : les prix des cellules photovoltaïques ont chuté de 90% entre 2010 et 2020.

Cette période est t-elle révolue ?

Les prix des cellules PV ont augmenté de 18% depuis le début de l’année. Ce retournement est dû à l’envolée soudaine du prix du principal matériau dont elles sont constituées, le polysilicium, dont le kg est passé en un an de de 6 à près de 26 dollars. Et selon de nombreux analystes, il est difficile d’espérer une baisse avant fin 2022.

Lire l’article sur Transitions et Energies

La fermeture des voies sur berge à Paris a fait augmenter les bouchons et la pollution

L’étude de l’Institut des Politiques Publiques indique que les voitures qui n’ont plus eu la possibilité de traverser la ville à cause de la fermeture des voies sur berges se sont reportées massivement sur le périphérique : le trafic a augmenté de 15% sur la portion sud du périphérique, dans le sens ouest-est.

L’étude montre aussi que plus de personnes sont affectées par l’augmentation de la pollution et des nuisances, par rapport à celles qui ont été épargnées par des baisses locales résultant de la fermeture des voies sur berges. La pollution a bien baissé en plein cœur de Paris, aux alentours de la voie fermée, bénéficiant à 22.000 personnes, à comparer avec les 47.000 personnes vivant près du périphérique sud, où la pollution a augmenté du fait du report de circulation.

Lire l’article sur Transitions et Energies

Société Française d’Energie Nucléaire

Groupe Régional Rhône-Ain-Loire

C/o Framatome

BAL S 544-F

10, rue Juliette Récamier

69456 LYON CEDEX 06

Réalisé par : TCP innovation